Conseil Municipal du 27 février 2008

Publié le par liste agir ensemble pour Villeneuve-la-Guyard

Bichain, le 28 février,


Hier soir dernier conseil municipal avant les élections…
A la fin, monsieur le maire nous fait un petit discours pour nous remercier d’avoir collaboré à ce conseil. Il nous précise que, malgré nos oppositions, nous avons pu fonctionner dans de bonnes conditions, agréablement etc. (je ne suis pas sûre des termes).
Nous nous sommes tus car toute remarque de notre part aurait occasionné, une fois de plus, des justifications sans fin et une discussion stérile.
Pour ce qui me concerne, je suis repartie avec un gros poids sur l’estomac car voici ce que j’aurais voulu dire :
Non, ça n’a pas été agréable de faire partie de ce conseil municipal pendant ces cinq années. Non, à aucun moment, je me suis sentie respectée dans ma fonction de conseillère puisque dès le 13 avril 2003, la salle où devait se préparer l’assemblée démocratique pour l’élection du maire, nous avait été interdite d’accès (fermée à clef).
Non, je ne me suis pas sentie utile car le refus du maire de réunir les comités consultatifs ne nous a jamais permis de travailler en amont les dossiers. Tous les discours qu’il pourra faire sur sa « gestion démocratique » sont démentis par cette réalité.
Non, je ne me suis pas sentie soutenue dans mes initiatives pour, malgré tout, organiser des actions auprès des familles de Villeneuve : le maire n’est jamais venu à l’exposition Debussy, à aucune manifestation du comité des fêtes de Bichain, il s’est seulement déplacé pour l’inauguration de l’accueil parents-enfants parce que ça pouvait lui servir d’alibi d’action sociale. Et d’ailleurs, je n’ai jamais pu avoir une armoire pour ranger le matériel ni même une peinture blanche sur des murs sales où l’on accueille des petits enfants.
Quel que soit le résultat de ces élections, des changements importants doivent enfin se produire à Villeneuve et, pour cela, pas besoinnécessairement d’argent : il s’agit de l’ambiance générale vis à vis des gens de bonne volonté et dedans, j’y mets les jeunes qui ont eu aussi à pâtir de jugements méprisants.
Voilà… ça va mieux !!!!!
Marie-Jeanne Baeli
 
 
 
 

Commenter cet article